Poèmes en langue d'oc






Remembrança d’auton

Una poesia en occitan

Qu’ameritèt
un rampèl d’ulhet
al
M. Zéphirin Bosc,
d’Esperac (Avairon)


 

Las fuèlhas tomban, una a una,
Jol vent d'auton que las engruna,
Las fuèlhas tomban, doçament,
Ambe lo remembre del temps ;
Subre la barta, un cucal passa :
Butat per la nivol que traça,
Val cèl, dels rais lusents d'argent.

La frescor, dins la comba, tomba,
Ambe lo rosal que desbonda,
Al temps de la castanhason :
L'aigada d'una languison
E tras lo mont, la nuèch s'atarda,

Amb un tresluc, qu'encara darda,
Sos darrièrs rais de la sason.

Mas dins lo cèl, lo fum tremòla,
Coma una grema d'uèlh que cola,
Jos un asuèlh plen de langor
E plan cargat de fòrças plors ;

Atal nos ven ambe la pena :
Nòstre vielhum que nos embrena,

Dins un auton, tot en frejor...

Venguts, al ser de nòstra vida
E quand nòstra ponhor tarrida :
Aportarà los pessaments,
D'un vielhum qu'engruna lo vent :
Cada anma s'entòrna serena,

Ambe la mòrt que tot amena,
Al païs doblidat del temps !


Souvenir d’automne

Une poésie en occitan

Ayant mérité lattribution
dun Rappeld’Œillet
à
M. Zéphirin Bosc,
d’Esperac (Aveyron)


 

Lesfeuillestombent,uneàune,
Sousleventd'automnequileségrène,
Lesfeuillestombent,doucement,
Aveclesouvenirdutemps ;
Surlalande,unclair-obscurpasse :
Poussaitparlanuéequitrace,
Versleciel,desrayonsbrillantsd'argent.

Lafraicheur,danslacombe,tombe,
Aveclaroséequidéverse,
Autempsdelacueillettedeschâtaignes :
L'aversehumidedel’ennui,
Au-delàdumont,lanuits'attarde,
Avecl'éclatd'unelune,quidardeencore,
Sesderniersrayonsdelasaison. 

Maisdansleciel,lebrouillardfrissonne,
Commeunelarme,quidesyeuxcoule,
Sousl'horizoncombléd'ennui
Etbienchargédetropdepleurs ;
Ainsiparvientaveclapeine :
Notrevieillessequinousgâte,
Dansunautomne,toutdefroideur

Venus,ausoirdenotrevie,
Lorsquenotreforcetarie :
Nousapporteralessoucis,
D'unvieillissementqu'égrènelevent :
Chaqueâmerepartirasereine,
Aveclamortquitoutamène :
Aupaysoubliédutemps !