Poèmes en langue d'oc






Nòstra dòna d’enpertot

Una poesia en occitan

Qu’ameritèt
un rampèl d’ulhet
al
sénher Zefir Bòsc
d’Espeirac (Avairon).



Nòstra Dòna d’en pertot
Qu’asoram dins los vilatges
De la montanha e del valon,
De tot temps, a travèrs atges,
Plan presenta siás estada :
Dins la glèisa o l’orador,
Ont aquí siás invocada,
Ambe fòrça devocion !

Dins una bauma o jol ròc,
Coma tanben dins un aubre,
En la nòstra Tèrra d’Òc,
As parlat ambe los paubres.
Tal n’estèt a Massa Vièlha
Ont la filha Sobeirós :         
Escotèt l’anma fidèla,
Las suplicas de ta votz !

Mai tanben en d’autres lòcs,
Dins los Aups, a la Saleta,
Gaire luènh d’un mont de ròcs :
Un pastron, una drolleta,
Te vegèron tota en plors.
Lor diguèras qu’un mal èstre,
Gastariá, dins las dolors
La recòltas del campèstre !

A tres joves pastorèls
De Fàtima te mostrèras,
Lor disent qu’un temps crudèl
Tornariá, ambe de guèrras,
Se las gens pregàvon pas !
Tal tombèt aquel malastre,
Dins un temps vengut detràs,
Desvelat tanben pels astres !

La legenda a ton entorn
Es plan viva dins Roèrgue,
Ont se ditz qu’un trobador,
Plan te lausengèt, domèrgue,
En te porgiguent un lire :
Lo simbòl lo pus aciut,
Que se florís, per nos dire
Ta virginetat en Dius !

Dels còps ton renom s’es fach,
D’aprèp un retrach de dama,
Que qualqu’un a plan refach,
Retipat per sa piosa anma :
En grand mercés del retorn,
D’un certan pelegrinatge,
Que faguèt, ambe fervor,
Per atal membrar son viatge !

Consacradas, al tieu nom,
De pertot i a de capèlas,
Plan presadas de renom ;
Que per nautres son mai bèlas,
En de luòcs pron coneguts,
Talas son Ceinhac, Gironda,
Ont lo monde, aquí venguts :
Prègan per pietat prigonda !

Nòstra Dòna d’en pertot,
Qu’asoram dins los vilatges :
Para-nos de tot trebolh,
Que pòt far venir l’auratge
E dels pessaments, totjorn,
Que nos macan lo coratge :
Que servèssem, ton amor,
Per aicí, finir lo viatge !

(8 de setembre de 2018)

Notre dame de partout 

Notre Dame de partout
Que nous vénérons dans nos villages
De la montagne ou du vallon,
De tout temps, à travers les âges,
Bien présente tu as été :
Dans l’église ou l’oratoire
Où là tu es souvent invoquée ;
Avec beaucoup de dévotion !

Dans une grotte ou sous un rocher,
Comme aussi bien dans un arbre,
En notre Terre d’Oc
Tu as parlé avec les pauvres.
Ainsi il en fut à Massabielle
Où la fille Soubirous :
Ecouta l’âme fidèle,
Les suppliques de ta voix !

Mais aussi, en d’autres lieux,
Dans les Alpes, à la Salette,
Non loin d’un massif rocheux :
Un berger, une fillette,
Te découvrirent, toute en pleurs !
Tu leur dis qu’un grand malaise
Gâterait, dans des épreuves,
Les produits de nos campagnes !

À trois jeunes pastoureaux
De Fatima, tu apparus,
En leur disant qu’un temps cruel
Reviendrait, avec des guerres,
Si le monde ne priait pas.
Ainsi parvint la grande épreuve,
Dans un temps, venu après l’annonce,
Dévoilé aussi par les astres !

La légende à ton entour
Est très vive en Rouergue
Où l’on dit qu’un troubadour
Te louangea docilement
En t’offrant un lis blanc :
La fleur emblématique
Qui se fleurit, pour nous affirmer
Ta virginité en Dieu !

Parfois ton nom s’est fait,
D’après un portrait de dame,    
Qu’un inconnu a reproduit,
Inspiré par sa pieuse âme :
En reconnaissance du retour
D’un certain pèlerinage
Qu’il accomplit avec ferveur,
Pour ainsi marquer cet épisode !

Consacrés à ton nom
Nous avons partout des chapelles,
Appréciées pour leur renom :
Pour nous, ce sont les plus belles,
En des lieux assez connus,
Ainsi sont Ceignac, Gironde,
Où les gens ici venus
Te prient en piété profonde !

Notre Dame de partout,
Que nous vénérons dans nos villages :
Protège-nous de longs tourments,
Que peut provoquer l’orage
Et des épreuves de toujours
Qui parfois nous découragent :
Que ton amour nous conservions
Pour ici-bas finir le voyage !

(8 septembre 2018)