Poèmes en langue d'oc






PALMIRA
UN SONET EN CATALAN
QU’AMERITET UN RAMPEL DE PRIMADELA D’ARGENT
A DONA MARIA-DOLORS VALLVERDU I TORRENTS
DE REUS
(CATALUNYA)




Tot resseguint la boira que s’endinsa
Mirada enllà, pels més incerts camins
On la llum reverteix i es fa tan minsa
Que no arriba a l’encesa dels instints.

Arrenca el plor, el plor de la follia
L’absursa reacció d’un món confús,
Mentre la mort va fent la seva via
Enmig de la metralla de l’obús.

Síria t’endús la mil.lenària estela,
Pedres sagrades que l’horror entela,
Junt amb els cossos calcinats pel foc.

O terra de la llum, nissaga antiga,
Per sempre més el teu reclam em lliga
Al combat que aguantem a poc a poc.

PALMYRE

Tout en parcourant le brouillard qui s’enfonce
Au-delà du regard, dans les chemins les plus vagues
Où la lumière retourne et se fait tellement mince
Qu’elle n’arrive pas à rallumer les instincts.

Elle arrache les pleurs, les pleurs de la folie,
L’absurde réaction d’un monde confus,
Tandis que la mort fait son chemin
Au milieu de la mitraille des obus.

Syrie, tu emportes avec toi la stèle millénaire,
Pierres sacrées que l’horreur recouvre d’une toile,
Avec ces corps calcinés par le feu.

O terre de lumière, d’une antique origine,
Je me sens plus que jamais lié à ta fortune
Dans le combat qui nous fait résister petit à petit.

***

JOUR D’IVER A MOUNT-RO
POEMA EN POVENÇAU
QU’AMERITET UNA MEDALHA D’ARGENT
AL SENHER LUC MEISSONNIER
D’UVEA
(OALLIS E FOTONA)




Tu, pichouno de Mount-Rò jugues à cauco nèu
E tei piado au camin flourisson tant loungièro
Mentre coui la fre eis aubre centenàri
À l’oustau amata souto l’eigagno blanco,

Ti n’en soucites pas que grafigno l’ivèr.

En Siberìo nevoua’mé seis erbo crespido,
Blanco e negre sesoun à memòri d’ermas
Que tapo l’ourizoun de soun cèu atucli,
Gie d’enfant fouligaud mai nue au frount gela,

Dóu plagnum galerian soulamen espoumpido.

Gie de cant, gie de fouant, de risoulet pas gaire
Samenon la toundra dóu caire de l’artic.
Leis armo qu’au printèms chincherin espelisson
D’uno oundo pregairis, sènso batre mesico,

Palisson quoro vien toumba lei mousco vairo.

JOURNEE D’HIVER A MONT-ROC

Toi, fillette de Mont-Roc, tu foules la neige
Et tes traces fleurissent légères sur le chemin
Alors que le froid guerroie les arbres centenaires
Et que la maison ploie sous sa cape blanche,

Tu ne te soucies pas des griffes de l’hiver.

Dans la Sibérie aux herbes glacées,
Hiver noirâtre et blanc à la mémoire vide,
Qui masque l’horizon de son ciel aveuglé
Pas d’enfant mais la nuit au front glacial,

Remplie seulement par les plaintes des prisonniers.

Ni chansons, ni fontaines, ni rires
Ne parsèment la toundra proche de l’Arctique
Et mes âmes naissant lentement au printemps,
Dans un flot de prières, sans fanfare,

Pâlissent à la vue des premiers flocons.