Prix des Jeunes poètes

Catégorie des 16-26 ans

Âmes poètes

Poème

Ayant mérité l’attribution
du prix des jeunes poètes

à
Schoslastique de Malglaive,
élève au lycée de La Clarté-Dieu, à Fanjeaux dans l’Aude.

 

Quand sur le haut clocher du village voisin
L'étoile du berger se mettait à briller,
Et quand des milliers d'astres dans le ciel serein
Dansaient au-dessus de la terre ensommeillée,
Alors dans la maison le calme s'installait,
Les lampes s'éteignaient ramenant le silence,
Et petit à petit les volets se fermaient.

Deux chambres cependant restaient là allumées.
Gardiennes d'un poème inspiré par la lune,
Deux âmes vagabondes, deux amies installées
Sur le sommet du toit recueillaient une à une,
Dans le monde assoupi, les rimes échappées
Des rêves enfantins qui chantent l'innocence
Et sur un parchemin lentement les traçaient.

Le poème achevé elles s'en retournaient
Pour trouver le repos qu'elles avaient gagné,
Et au fond de leur lit se mettaient à rêver.

***

 

La voix du fond de l’âme

Sonnet

Ayant mérité l’attribution
d’une médaille d’Académie
à
Jeanne Russo,
étudiante au Conservatoire Supérieur d’Ostéopathie
à Toulouse.


Et il est revenu dans ce palais d'été,
Berceau de son enfance, au milieu des montagnes,
La poitrine brûlante, ardent, plein de fierté
Le prince détrôné reconquiert sa campagne.

Mais arrivé devant l'entrée du beau château,
Une douleur le terrasse comme un coup de couteau.
La rumeur était vraie ! Parmi les aubépines
Le bel écrin doré n'est plus qu'un champ de ruines.

Des feuilles ont recouvert les marches de marbre blanc,
Les racines des arbres ont éclaté les flancs
Du beau palais d'été, des souvenirs enfouis.

Au fond de l'âme triste, une voix murmurait :
« Redresse ces murailles ». Plein d'un espoir secret,
Le prince se leva et partit dans la nuit.


Catégorie de moins de 16 ans

Instants de voyage

Poème

Ayant mérité l’attribution
du prix des jeunes poètes

à
Lauralie Alfonsi,
élève au collège Saint-Joseph de Gap, dans les Hautes-Alpes.


 

Instants de voyage
Beauté furtive d'un jour
Moments de partage
Qui me captivent toujours

Secondes ou tierces immanentes
Haltes en chemin
Arrêt sur une carte évanescente
Comme une ligne de parchemin

Paysage pudique
Cliché d'une fleur
D'une beauté antique,
l'escale est la sœur

Comme une muse emmène sa lyre
Pour un seul voyage tant de trésors
Ce sont des instants à relire
Encore et encore.

***

L’avenir

Poème

Ayant mérité l’attribution
d’une médaille d’Académie
à
Mathilde Portefaix,
élève au collège du Girbet, à Saverdun, en Ariège.


Devant le miroir je me vois,
Je vois ce que je suis maintenant
Et plus tard je me verrai aussi.
Le monde sera peut-être dévasté,
Ou il aura peut être avancé.
Ce monde qui sera le nôtre,
Qui déjà est entre nos mains.
Devant le miroir je m'imagine,
Les choix que j'aurai faits.
Il me tarde d'être moi,
Ce moi qui regretterai ce temps
Je te donne ce mot,
En attendant que tu viennes le chercher.
Mais serais-je toujours là ?

***

Tempête 

Poème

Ayant mérité l’attribution
d’une médaille d’Académie
à
Gabin Azéma,
élève au collège Condorcet de Nailloux,
en Haute-Garonne.


Le vent hurle de peur
Le sable entend la terreur
Les nuages caressent le carnage

Pendant que la tornade aspire le rivage

La pluie glaçante pleure
Ses gros malheurs.
La marée noire fuit l'ivoire
Alors l'orage enlace le désespoir.

La furie déferle sa colère
Laissant un goût amer
Pour que le blizzard nettoie ses terres
À la recherche d'une nouvelle cavalière.


***

Le Radiplodocus

Poème

Ayant mérité l’attribution
d’une Inscription au Recueil
à
Benjamin Marty,
élève du collège Jean Rostand à Balma,
en Haute-Garonne.

 C'est un petit animal
Avec une touffe verte sur la tête
Il est blanc et rose
Il pousse de grands cris
Il date du crétacé
On le sale un petit peu
Et il pique parfois


***

La gomme

Poème

Ayant mérité l’attribution
d’une Inscription au Recueil
à
Laura Sahuqué,
élève du collège Jean Rostand à Balma,
en Haute-Garonne.


 La gomme peut effacer les traces sur le papier

Mais elle ne peut pas effacer ce que l'on a fait.
La gomme peut effacer les lettres E, R, R, E, U, R
Mais elle ne peut pas effacer ce que l'on a dit.
La gomme peut tout effacer
Sauf le passé…

***

L’Aquarelle

Poème

Ayant mérité l’attribution
d’une Inscription au Recueil
à
Inès Pouderoux,
élève du collège Jean Rostand à Balma,
en Haute-Garonne.


  Une peintre peignait une aquarelle
Près d'un ruisseau qui ruisselait.
Le doux bruit de la rivière
L'inspirait dans son œuvre.
Tout
à coup, plouf !
Il vit une oasis
Qui engloutit son esprit spitant.

I
l se mit à nager,
Dans son tableau devenu vivant

Inondé d'eau,
devenu fluide,
Suffoquant, le peintre nagea à vau-l'eau,

Sous une ondée de gouttes d'aquarelles.
Il se raccrocha aux branches d'une mangrove

Et se réveilla près de la rivière.
Voilà le problème
Quand on est un artiste
Débordant d'imagination :
On s'y noie dedans…

***


Anagrammes

Poème

Ayant mérité l’attribution
d’une Inscription au Recueil
à
Benjamin Donda,
élève du collège Jean Rostand à Balma,
en Haute-Garonne.

 

 

Par le jeu des anagrammes,
Sans une lettre de trop,
Tu découvres le sésame
Des mots qui font d'autres mots.

Me croiras-tu si je m'écrie
Que je nage comme un ange ?

Vas-tu prétendre que je triche
Si mes écrits sont plus beaux que tes récits 
?

Me traiteras-tu de vantard
Si tous mes pétards provoquent des départs 
?

Tout est permis en poésie
Grâce aux mots, l'image est magie.


***

L’esquiròl

Poèma en occitan

qu’amèritèt una medalha d’academia
à
Annaëlle Tardieu,

escolana
del collègi Gaston Fébús de Masèras (Arièja).

 

 

Dins la camba d'un arbre
S' escond una cabana
A l'interior un esquiròl
A l'ivèrn glaçat
L'esquiròl s'escond
E manja sens fin
D'amètlas al levam
E quora la primavèra se montra
L' esquiròl sòrt sa mòstra
Per evitar lo rainai Bernat
E aquí l'estiu arriba
L'esquiròl cèrca sa promesa
E quaranta jorns mai tard
Aqui quatre pichons esquiròls negres
La fin de mon istòria apròcha
La familha esquiròl s'amòrça
Perque aquí qu’un an mai tard
Encara tres esquiròls negres.


 

L'écureuil

Poème

Ayant mérité l’attribution
d’une médaille d’Académie
à
Annaëlle Tardieu,
élève du collège Gaston Fébus de Mazère (Ariège).

 

Dans un tronc d'arbre

Se cache une cabane
À l'intérieur un écureuil
À l'hiver glacé
L'écureuil se cache
Et mange sans fin
Des amandes au levain
Et lorsque le printemps se montre
L'écureuil sort sa montre
Pour éviter le renard Bernard
Voici que l'été arrive
L'écureuil cherche sa promise
Et quarante jours plus tard
Voici quatre petits écureuils noirs
La fin de mon histoire approche
La famille écureuil s'amorce
Car voilà qu'un an plus tard
Encore trois écureuils noirs.